Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:21

Aujourd'hui on achète un tour nous permettant de faire la descente des 22 km del Rio en rafting et l'après-midi canyoning pour 30 euros avec repas comprisBanos Rafting canyoning (11). On part en bus rejoindre le début de la rivière. Les guides gonflent le bateau et nous enseignent toutes les règles de sécurité. Il faut être un groupe soudé et à l'écoute des consignes si l'on ne veut pas voir l'embarcation se retourner.

On part avec casque et gilet parce qu'il y a un vrai risque tellement le courant est fort. L'avant du bateau se lève parfois brusquement et les courants inverses forment des trous où le bateau s'enfonce la tête la première. Les 8 participants rament et freinent en même temps mais malgré ça l'embarcation se retourne juste à côté des roches. Je me retrouve sous le bateau dans le noir total, alors qu'il continue d'avancer, je prends une respiration pour en sortir. Le guide, très pro est déjà debout sur le bateau, il attrape la corde pour le remettre à l'endroit. A part une tasse ou deux on remonte tous à bord pour terminer la descente des rapides...

Après le repas du midi on part Julien et moi, faire du canyoning avec un guide d'escalade pour nous tout seul. Banos Rafting canyoning (9)Après avoir escalader la cascade par un chemin, il passe la corde dans une boucle fixée à la paroi. Accroché par un mousqueton, j'entreprends la descente en essayant de résister à la force du courant et à la paroi glissante.  

La dernière cascade fait 45 m de haut ! Pour ne pas s'écorcher les doigts contre la paroi, il faut se jeter en arrière le temps que le guide lache 2, 3 mètres de leste. Je prends mon courage à deux mains, je lache la corde, les bras grands ouverts, j'impulse avec les jambes pour retomber d'un coup 3, 4 m plus bas. Ensuite, la descente en rappel suspendu dans le vide est une pure merveille. J'en prends plein les yeux d'autant plus que le guide gère la descente le plus lentement possible...  

Le soir on se rend aux bains thermaux. Il y a deux piscines naturelles d'1m20 de profondeur en plein air sont juste sous la chute d'eau qui tombe de la colline. L'eau est riche en bicarbonate de fer et en magnésium, elle a des vertues curatives pour les problèmes respiratoires, relaxer les muscle, les problèmes de peau...et surtout c'est un lieu populaire où les habitants aiment se retrouver pour socialiser avec n'importe quel inconnu. A quand les bains thermaux à Rive-de-Gier ? ;-)

L'eau la plus chaude coule à 46°, je rentre tout doucement pour m'acclimater et je reste 10 min assis sur un banc disposé à l'intérieur de la piscine.

Après avoir pris un bon coup de chaud, je suis les recommandations et plonge dans un petit bassin juste à côté à 15°. Ca a le mérite de revivifier tout le corps et de se sentir tout neuf ! D'attaque pour recommencer une journée sportive dès le lendemain...

Banos Rafting canyoning (12)Banos Rafting canyoning (7)Banos Rafting canyoning (8)Banos Rafting canyoning (3)Banos Rafting canyoning (14)

Partager cet article
Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:20

8 h du matin, on prend le bus pour rejoindre Banos à 90 km au sud.Banos (2) C'est une petite ville de 13000 habitants située au pied des montagnes, à 1800 m d'altitude et réputée pour ses eaux thermales naturellement chaudes.  

A peine arrivés là-bas on se laisse tenter par la location d'un buggi deux places pour faire la route de 12 km à travers les cascades. Pour 5h30 de location, on paie 12 euros chacun, essence comprise ! Assis au ras du sol, le buggi donne une bonne sensation de vitesse, surtout qu'il est possible de déraper sans risque de se retourner. On s'arrête pour visiter les 4 principales cascades. On monte dans une tarrabita, c'est une petite nacelle suspendue à un câble qui permet de traverser d'une montagne à une autre, une cinquantaine de mètres au dessus de la rivière. La plus impressionnante des cascades est celle d'El Pailon del Diablo «  le Chaudron du Diable ». Tout en haut d'une montagne se jette une quantité d'eau impressionnante avec une force terrible qui vient s'écraser un centaine de mètres plus bas. On accède par un chemin à un petit balcon où l'on se retrouve à 1 m du torrent qui passe juste devant mes yeux. C'est vraiment une sensation impressionnante, surtout que les gens aiment dire que la chute d'eau est ici présente grace à la bénédiction des Dieux...

Et c'est justement au moment du retour en buggi qu'il nous a fallu invoquer les Dieux pour faire les 12 kms retour. Alors que la nuit est tombée, on se rend compte qu'il n'y pas de phares sur le buggi... Bien collé sur la droite de la route, on est rentré entier à Banos... ;-)      

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:17

A 7 h du matin nous partons en 4x4 avec un guide, direction le volcan Cotopaxi. Avec ses 5897 m, le Cotopaxi, « coude la lune » en langage Quechua est par sa hauteur le volcan actif le plus haut du moCotopaxi (15)nde. Son sommet est enneigé et son cratère énorme mesure 650 m sur 800 m. Il s'élance dans le ciel en dessinant un superbe cône, certains le comparent au Fuji Yama Japonais. Le parc a été créé pour protéger le volcan, mais aussi son cadre naturel où l'on peut voir des animaux sauvages en liberté comme les chevaux, renards, lapins andins, colibris et condors.

Le Cotopaxi est l'un des volcans les plus dangereux des Andes. En cas d'éruption, ses dégâts peuvent être considérables : coulée de lave et de boue, fonte des neiges, jets de pierres et cendres.

Pour raconter ce que j'ai retenu de l'Histoire de ce volcan, une éruption se produisit en 1734 lors de la bataille entre les Indiens et les Espagnols. On dit que les deux camps effrayés cessèrent les combats ! Plus que magique, c'est une montagne frénétique où le feu couve sous la glace.

En 1742 et 1877, les deux éruptions volcaniques détruisirent Latacunga et les villes environnantes par une gigantesque coulée de lave de 80 km de long. A chaque fois les habitants décidèrent de reconstruire la ville au pied du volcan...

Après 2 h de route, on arrive à la Laguna Limpiopungo, un lac à 3800 m d'altitude d'une beauté pure et intacte. Ensuite le guide nous dépose à l'entrée du Parc où nous commençons l'ascension pour atteindre le refuge à 4800 m. Après s'être reposé un moment, on reprend la route pour entamer la partie enneigée. Faute d'avoir l'équipement approprié, on s'arrête juste au dessus du premier glacier à 5100 m où la neige est tellement épaisse que chaque pas s'enfonce au niveau de la cuisse. On s'arrête là pour profiter de la vue imprenable sur la vallée et on fait demi-tour en évitant les crevasses de plusieurs mètres de profondeur formées par l'activité du volcan.

 Cotopaxi (36)Cotopaxi (39)Cotopaxi (20)Cotopaxi (2)Cotopaxi (42)Cotopaxi (45)Cotopaxi (51)Cotopaxi (56)Cotopaxi (63)Cotopaxi (68)Cotopaxi (74)Cotopaxi (8)Cotopaxi (85)Cotopaxi (83)

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 07:18

Quilotoa (7)En suivant les recommandations des personnes rencontrées à Latacunga nous prenons le bus de 9h. 1H30 de trajet prévu selon le chauffeur. Résultat, nous arrivons 3h30 plus tard. Juste le temps d'observer cette super lagune qui se trouve au fond d'un immense cratère volcanique. Il est possible de descendre tout en bas jusqu'à toucher l'eau et se sentir encerclé par le volcan. Ou bien entreprendre le tour du cratère en marchant durant 4 heures sur le petit sentier tracé sur les crêtes du volcan.

La pluie fait une nouvelle fois son apparition en début d'après-midi. L'Equateur est un pays qui connait un climat pluvieux 10 mois dans l'année. La nature est vertes certes, mais elle pourrait nous épargner un peu... On décide de rentrer à Latacunga et de faire un petit tour pour visiter les ruelles, places, églises et de monter tout en haut du monument de la Vierge pour apprécier la vue aérienne sur la ville.

 

Quilotoa (1)Quilotoa (4)

Quilotoa (2)Quilotoa (8)

Latacunga (1)Latacunga (2) 

Latacunga (3)

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 07:18

Départ à 6 h du matin pour attaquer cette longue journée de bus. Une journée consacrée aux transports, 3 heures pour faire la liaison Otavalo – Quito. Et 3 heures de plus pour rejoindre Latacunga. Une ville sans grand intérêt si ce n'est d'être la ville escale pour se rendre au Lac Quilotoa et au Volcan Cotopaxi et ses 5900 m.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 07:17

7h du matin, on prend le bus qui nous mène jusqu'au village de Quiroga. De là, seuls les taxis peuvent nous conduire jusqu'à la Laguna Cuicocha. Il est 7h45, le temps est pluvieux alors on patiente durant 1 heure dans une ferme avec vaches, veaux, chiens et taureaux. A 9 h on entreprend le tour du lac. Il faut 4 heure pour faire tout le tour du lac en empreintant le sentier tracé sur les crêtes du cratère. La vue du lac en contrebas est magnifique puisque l'on peut observer les 2 autres petits volcans qui ont poussé jusqu'à sortir de l'eau. Retour en ville en début d'après-midi où j'en profite pour visiter la ville, les ruelles, les places et les églises. La plaza centrale dégage une ambiance vraiment relaxante, de la musique à la flûte de pan est diffusé en stéréo.  

Laguna Cuicocha (25)Laguna Cuicocha (23)Laguna Cuicocha (17)Laguna Cuicocha (15)

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 07:16

7h du matin, on prend un taxi qui nous amène au pied du volcan Fuja Fuja et ses 4250 m d'altitude. Il nous arrête au bord de la lagune Mojanda où nous faisons la rencontre d'un groupe de 7 touristes Français.Fuja Fuja - Laguna Mojanda (14) Ils voyagent durant 3 semaines avec l'organisme Ucpa à prix très raisonnable. Les conditions climatique ne sont pas très bonnes, c'est pourquoi on réalise l'ascension le matin afin d'éviter la pluie de l'après-midi. Il faut 3 heures pour atteindre le sommet. La dernière crête est particulièrement difficile puisqu'il faut escalader une partie rocheuse qui se dresse à la verticale devant moi. Avec la fatigue des 3 heures d'ascension et sans protection, il faut rester prudent et trouver les bons appuis.

La récompense au sommet est bien au rendez-vous. A 4250 m, la vue sur les montagnes, les volcans et la lagune Mojanda est magnifique. On en profite un bon moment, avant que le brouillard fasse son apparition. Puis vient la grèle, le froid et les éclairs. En montagne, le temps change très vite et l'on doit entreprendre la descente sous les orages. Une dure expérience où nous ressortons tous détrempés de la tête aux pieds.

C'est donc là, à Fuja Fuja où je tombe malade pour la première fois du voyage. Un bon rhume qui ne me lachera pas durant les 8 prochains jours... Snif snif  

Fuja Fuja - Laguna Mojanda (18)Fuja Fuja - Laguna Mojanda (19)Fuja Fuja - Laguna Mojanda (23)Fuja Fuja - Laguna Mojanda (32)Fuja Fuja - Laguna Mojanda (38)Fuja Fuja - Laguna Mojanda (9)Fuja Fuja - Laguna Mojanda (2)Fuja Fuja - Laguna Mojanda (25)

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 07:15

7 h du matin, on prend le bus direction Otavalo à 90 kms de Quito. Une ville de 90 000 habitants entourée de montagnes verdoyantes et boisées, à 2580 m d'altitude. Otavalo possède l'un des marchés les plus colorés d'Equateur.Otavalo - Peguche (19) Les indiens viennent y vendre leur artisanat. Malheureusement pour eux je n'ai pas voulu craquer pour la couverture avec les lamas brodés dessus, les ponchos à rayures, les hamacs, les chapeaux, ni même pour la flûte de pan.

La population indigène est ultra présente ici et conserve sa culture, ses traditions, ses costumes et dès le plus jeune âge on peut remarquer que les garçons portent une longue queue de cheval tressée, comme tous les hommes ici.

Une fois installés à l'hotel on rejoint le village de Peguche pour y découvrir sa cascade. Elle se trouve au milieu d'une forêt d'eucalyptus. La cascade est utilisée pour les ablutions rituelles. Pour les indiens il s'agit d'un lieu de culte sacré. J'en profite pour écouter le ronflement incessant de la chute d'eau qui se transforme en un gros bain de vapeur une cinquantaine de mètres plus bas.

Sur le retour, on apperçoit une cabane au milieu de la forêt. On s'en approche, et à l'embouchure d'une grotte sort un homme aux cheveux longs. C'est un Chaman ! Si si, un Vrai !!

Il dit vivre ici au milieu de la forêt depuis toujours. Il a une quarantaine d'années, il croit aux forces magnétiques de la nature. Il est en contact avec les arbres, les pierres, l'eau et les animaux. Il parle d'un ton calme et envoutant. Sa philosophie de la vie lui permet de vivre Heureux avec tout ce que la nature lui offre. D'après lui, 2012 sera l'année où l'Humanité va se rendre compte que le progrès et la technologie sont allés trop loin. Le retour aux valeurs de la terre est pour bientôt.

Nous le suivons dans la grotte. Il y a un feu où des pierres sacrées brûlent avec de l'eucalyptus. Ca n'empêche pas de nous hériter les yeux et de pleurer pendant toute l'heure de la visite. Il nous fait même le plaisir d'entonner un chant traditionnel indien avec un timbre de voix très lointain, un petit tambour, et un collier de graines en guise d'instruments. On s'y croirait...

Otavalo - Peguche (14)Otavalo - Peguche (11)Otavalo - Peguche (41)Otavalo - Peguche (4)Otavalo - Peguche (33) Otavalo - Peguche (38)

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 07:14

AQuito - Volcan Pichincha (1)ujourd'hui nous prenons le taxi qui nous mène jusqu'au pied du téléphérique de la ville. Pour 6 euros, il nous monte au 2/3 du volcan Rucu Pichincha. Pour la première fois de ma vie, je pose le pied à 4100 m d'altitude et ce, sans avoir fait le moindre effort ! Sinon, celui d'avoir ouvert le portefeuille... aïe !! ;-)

La vue sur la capitale est excellente et l'on peut aussi voir le volcan Cotopaxi avec son sommet enneigé à 5900 m, et plusieurs autres montagnes et volcans tout proches d'où l'on est. De là, un sentier permet d'entreprendre l'ascension du volcan Pichincha jusqu'à son sommet à 4784 m. A cet altitude l'effort est tout de suite plus intense, le manque d'air se fait ressentir et surtout la pression s'exerce avec force sur le crane. Il faut grimper à son rythme et prendre quelques pauses pour franchir les paliers. Après 1h30, on se retrouve à la moitié du parcours à 4400 m, la tête dans les nuages, on ne voit plus où mettre les pieds. On décide de faire demi-tour, les nuages ont recouvert le volcan. L'ascension n'a plus d'intérêt et puis on a profité d'une vue tout aussi belle qu'au sommet...  Quito - Volcan Pinchincha (31)

On prend un nouveau bus durant 1h pour 30 cts d'euros, direction Mitad del Mundo. On profite l'après-midi de ce lieu puisqu'il est défini de la façon suivante :

Altitude 2483 m. Longitude 78° 27' 08''. Latitude 0° 0' 0''. Non ce n'est pas une erreur mais bel et bien les indications des Gps et celles fournies par les scientifiques. Le « Milieu du Monde » est situé sur la ligne de l'équateur de la Terre. C'est le site touristique le plus visité du pays. Ce lieu est symbolisé par une grosse tour en pierre de 43 m de haut, surmontée d'une boule figurant la Planète Terre et ses 5 continents.  

En montant tout en haut de ce monument je peux dire qu'une fois dans ma vie je me suis retrouvé au Centre du Monde... Il se dit même que Leonardo Di Caprio est venu précisément à cet endroit. Une fois au sommet de la tour il n'a pu s'empêcher de crier « Je suis le Roi du Mooonnnnde... », comme dans le film Titanic lorsqu'il se trouve à l'avant du navire, les bras grands ouverts...  Je suis sûr que certains m'ont cru pendant un instant... Humour je précise. ;-)

Quito - Volcan Pinchincha (28)Quito - Volcan Pinchincha (37)  

Mitad del Mundo (33)Mitad del Mundo (13)Mitad del Mundo (29)  

Mitad del Mundo (35)Mitad del Mundo (36)  

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 07:13

Quito (39)Quito est à 2850 m d'altitude, la 2ème capitale la plus haute du monde après La Paz en Bolivie. Elle s'étire tout en longueur dans une vallée entourée de collines verdoyantes et dominée par les volcans Rucu et Guagua Pichincha, qui culminent à 4627 m et 4776 m. Difficile de trouver un relief plus bosselé, paysage plus accidenté, quartiers urbains plus agripés aux montagnes que le site naturel de Quito. Son centre historique est inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco. Il y règne une forte population indigène qui portent encore le fameux poncho. Le matin j'ai prévu de prendre le bus de bonne heure pour faire le tour de la ville mais comme il ne part qu'à 9 h, je rentre dans une église pour la visiter. C'est en fait l'heure de la messe, l'église est bondée et l'ambiance est tellement chaleureuse que ça me donne envie de rester. Même si le côté solennel est très présent, les chants sont repris en cœur et sont parfois assez festifs.

Certains frappent même dans leurs mains. Sans m'en rendre compte j'écoute la messe avec attention et je reste 1 heure captivé par tant de chaleur humaine...Quito (69) Je fais même un don au moment de la quête religieuse ! En dehors des mariages en France, ça faisait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé... Faut dire que la ville de Quito s'y prête beaucoup, les églises sont magnifiques et se comptent par dizaines juste dans le centre historique.

Je finis par prendre le bus, le quartier moderne ne m'intéresse pas vraiment puisqu'il est le lieu des commerces, des bureaux, des restos et des musées... Je préfère m'arrêter sur la colline où se dresse la statue en métal de la Vierge mesurant une trentaine de mètres. Des escaliers permettent d'accéder au 2/3 de la tour et de profiter de la vue imprenable sur la capitale de l'Equateur.

On voit notamment les édifices religieux, les places, les ruelles, les montagnes et volcans qui entourent la ville. Et surtout les maisons de briques des quartiers populaires qui recouvrent la montagne. De retour sur la Plaza Independencia, au centre du quartier historique, j'assiste à la relève présidentielle qui n'a lieu qu'une heure tous les lundis. Quito - Volcan Pinchincha (43)La cavalerie est présente, les militaires en uniforme sont une bonne centaine et la famille présidentielle se poste sur le balcon du palais.  Le drapeau est hissé et tous les Equatoriens résents pour l'occasion reprennent l'hymne national en cœur. Ca fait plaisir à voir, un peuple aussi uni !   Je me dirige ensuite vers la plus grande cathédrale de la ville, elle me paraît au moins aussi grande que Notre Dame à Paris et tout aussi jolie. Le gros plus par contre, c'est qu'il est possible de monter dans l'une des tours et de se retrouver au sommet, à 80 m du sol ! Rien n'est sécurisé, il faut empreinter de toutes petites marches d'escaliers métaliques très pentues et exposées au vent. Une fois perché sur la tour, là encore le muret arrive en dessous de ma taille... En restant très prudent, le lieu est absolument magique et serait à coup sûr inaccessible dans un pays aussi réglementé que la France.

Ca fait une drôle d'impression de se retrouver au même niveau que l'horloge d'une cathédrale aussi immense. Je suis même au dessus des gargouilles, et la vue est biensûr saisissante puisqu'elle est au cœur même de la capitale. J'ai du mal à redescendre de mon nuage... ;-)   

Quito (82)Quito (110) 

Quito (111)Quito (157)  

Quito (135)Quito (136)

Quito (36)Quito (47)  

Quito (40)Quito (29)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de tourdumonde42
  • : 14 mois autour du Monde, 32 pays traversés, un rêve d'une vie qui se réalise ! Partez à l'aventure avec moi, consulter mon blog régulièrement et surtout n'hésitez pas à réagir, m'écrire un petit mot et me soutenir...
  • Contact

Recherche

Catégories